top of page

Sous-Ordre

HÉTÉROPTÈRES

Heteroptera

Les Hétéroptères (heteroptera), appelés communément punaises, sont un sous-orde d'insectes de l'ordre des Hémiptères

caractérisés par un appareil buccal de type piqueur-suceur nommé rostre.

Les Hétéroptères ont également en principe deux paires d'ailes dont les antérieures sont le plus souvent cornées

et les postérieures membraneuses.

Dans le sous-orde des Hétéroptères il y a 90 familles et plus de 45 000 espèces dans le monde.

En France, on dénombre environ 40 familles et 1 370 espèces d'Hétéroptères.

Liste de quelques espèces

G. acu

COREIDAE

Gonocerus acuteangulatus (Goeze, 1778)

Gonocère du buis

Technique d'identification : à l'oeil nu.

Difficulté d'identification : moyenne.

Estimation de fréquence : commune.

 

Période d'observation :

J F M A M J J A S O N D

Présence : Europe et plus rarement en Asie.

Taille : 11 à 14 mm

 

Critères d'identification :

→ Coloration générale brun / beige.

→ Tête plus courte que le pronotum.

→ Pronotum moins large que l'abdomen.

→ Angles huméraux du pronotum aigus et relevés

Habitat : l'espèce est probablement présente dans les rares départements non couverts sur cette carte. On la trouve dans les milieux ensoleillés, friches, garrigues, bords de rivières, haies, vergers, landes, lisières de forêts et au bord des chemins.

Plantes hôtes : espèce arboricole sur le buis, arbousiers, chênes, épine-vinette, genévriers, ifs, nerpruns, bourdaines, noisetier, prunelliers et rosiers.
     
Espèces semblables :
Gonocerus insidiator a les angles huméraux très pointus. Gonocerus juniperi a la tête aussi longue que le pronotum. Coreus marginatus et Enoplops scapha ont les angles huméraux arrondis.

G. insi

COREIDAE

Gonocerus juniperi Herrich-Schäffer, 1839

Gonocère du genévrier

Technique d'identification : à l'oeil nu.

Difficulté d'identification : moyenne.

Estimation de fréquence : commune.

 

Période d'observation :

J F M A M J J A S O N D

Présence : Europe.

Taille : 11 à 13,5 mm.

 

Critères d'identification :

→ Coloration générale rougeâtre avec 

marbrures variables brunes, noires et vertes.

Tête aussi longue que le pronotum.

Tache sombre à l'extrémité du scutellum .

Bords de l'abdomen, face ventrale et pattes jaunes à verts.

Bande noire médiane à l'arrière de la tête.

Angles huméraux du pronotum aigus et relevés. 

Habitat : espèce présente dans les milieux ouverts ensoleillés assez secs, les forêts, les clairières et les landes à genévriers.

Plantes hôtes : espèce arboricole principalement sur genévriers mais aussi sur cyprès, thuya, pins, cèdre du Japon, chênes et camarine à fruits blancs.
      
Espèces semblables :
proche de
Gonocerus acuteangulatus (qui a la tête plus courte que le pronotum, le ventre et les bords de l’abdomen de la même couleur que le reste du corps) et de Gonocerus insidiator (qui a les angles huméraux très pointus).

G. juniperi

COREIDAE

Gonocerus insidiator (Fabricius, 1787)

Gonocère de l'arbousier

Technique d'identification : à l'oeil nu.

Difficulté d'identification : moyenne.

Estimation de fréquence : commune.

 

Période d'observation :

J F M A M J J A S O N D

Présence : Europe (sud).

Taille : 11 à 14 mm.

 

Critères d'identification :

→ Coloration générale rougeâtre.

→ Pronotum plus large que l'abdomen.

→ Angles huméraux du pronotum très aigus avec pointes relevées vers le haut.

Habitat : l'espèce semble se cantonner dans les milieux chauds et secs. garrigues, bords des chemins, friches à arbustes vivaces, dunes. 
Elle est plus fréquente sur le pourtour méditerranéen que sur la côte atlantique.

Plantes hôtes : espèce arboricole sur pistatchiers, arbousier commun, chênes, cistes, daphné camélée, lavande papillon ou encore phlomis.
     
Espèces semblables :
proche de
Gonocerus acuteangulatus et Gonocerus juniperi, mais avec angles du pronotum en pointe très aigüe, une couleur dorsale générale rougeâtre et jaune sur la partie ventrale.

Aspavia armigera

PENTATOMIDAE

Aspavia armigera (Fabricius, 1775)

Technique d'identification : à l'oeil nu.

Difficulté d'identification : facile.

Estimation de fréquence : assez commune.

 

Présence connue : Afrique (Bénin, Côte d'Ivoire, Kenya, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal, Tanzanie, Togo, Uganda).

Taille : 7 à 8mm environ.

 

Critères d'identification :

→ Coloration générale bronze / brun foncé.

→ Pattes brun jaune finement mouchetées.

Tête rayée longitudinalement.

→ Grandes callosités jaune / ivoire à l'apex et dans les angles latéraux du scutellum (trois taches assez rondes).

→ Angles huméraux saillants et très pointus avec coloration assombrie.

Habitat : non renseigné.

Plantes hôtes : non renseigné.
      
Espèces semblables :
non 
renseigné.

Comment reconnaître un hétéroptère ?

Pour reconnaître un Hétéroptère avec une photo ou simplement observé à la loupe,

il est nécessaire de bien l'observer en détail.

Les Hétéroptères sont très variés en fonction des différentes familles.

Certains mesurent moins de 3 millimètres, d'autres sont cinq fois plus grands. 

De nombreuses familles sont aplaties, ils ont souvent un pronotum très visible et un scutellum de forme triangulaire.

Avant de rentrer dans les critères d'identification très précis (couleurs, motifs, etc),

il est avant tout important d'observer l'insecte dans sa globalité pour tâcher de déterminer d'abord sa famille.

On en viendra ensuite à déterminer le genre puis l'espèce voir la sous-espèce.

Ainsi, le plus important pour apprendre à reconnaître un hétéroptère est de se familiariser avec les différentes familles dont celles les plus rencontrées telles les Alydidae, Acanthosomatidae, Cordiae, Cydnindae, Lygaeidae, Miridae, Pentatomidae, Reduviidae, Rhopalidae, Rhyparochromidae, Scutelleridae, Stenocephalidae ou encore les Tingidae.